24/11/2007

La touche étoile

La touche étoile  etoile15

de Benoîte Groult

touche_étoile

Je voulais vous parler de ce livre que j'ai adoré et puis, je suis tombée par hasard sur un commentaire de Jacques Salomé qui en parle cent fois mieux que moi. Alors, je lui laisse la parole:

"Quel beau livre d’amour, quel beau livre de vie ! Quel plaisir de lecture à chaque mot, à chaque phrase, à toutes les pages et même à chaque blanc, ce qui permet d’ajouter non seulement nos rêves, mais aussi notre propre création. D'agrandir encore un peu les récits entrecroisés des différentes femmes qui cohabitent dans une seule femme : l’ex-petite fille, la journaliste, la militante, l’épouse, l’amante, la mère, la fille, la sœur, la grand-mère, l’arrière grand-mère. Benoîte Groult a, me semble-t-il, cette intelligence du cœur, cette finesse de pensée que seules peuvent avoir les femmes aimées et aimantes, celles qui ont connu plusieurs vies dans une même existence, sans jamais désespérer de la vie.

Roman de femme sur les femmes. B.Groult ne se lasse pas depuis ses premiers écrits (La part des choses, Ainsi soit-elle ou les Vaisseaux du cœur) d’explorer les possibles de la femme dans le domaine immense de l’amour, celui plus complexe du couple et l’univers plein de contradictions de la parentèle, famille proche et élargie. Nous plongeons avec délice dans l’infinitude d’une liberté d’être qui explore la relation aux hommes, aux enfants, aux petits enfants et se confronte avec les découvertes (et les pièges) de la vie dite moderne… Avec une accélération du temps et des changements qui s’imposent, nous brutalisent et nous confirment en même temps sur les valeurs à préserver.

Ce roman donne au lecteur, ce fut le cas pour moi, le sentiment de devenir plus intelligent, plus sensible, plus ouvert, plus gourmand aussi au surgissement du prévisible joyeux, de l’évidence douloureuse et de l’inattendu miraculeux dans les existences croisées d’un couple, d’une famille sur trois et même quatre générations. Nous accédons à une connaissance plus intime des femmes d’hier et d’aujourd’hui, non pas dans leurs révoltes et leurs blessures mais dans leur créativité, leur affirmation et leur générosité. Moi qui croyait pourtant bien les connaître, je me sens porté par un élan encore plus fort vers elles. Une invitation à ne pas se contenter de les aimer ou de les honorer, mais à partager la part d’indicible qu’il y a dans tout amour, dans toute relation amoureuse et même conjugale.

Avec un humour juste, féroce et tendre, nous découvrons le regard affûté, incisif d’une femme qui a su anticiper les grands combats du siècle. Un regard et une écoute donnés comme une offrande sur les choses de la vie, des commentaires que l’on souhaiterait garder précieusement, offrir, distribuer autour de nous. Une pensée d’une lucidité étonnante, d’une jeunesse revigorante et d’une profondeur stimulante sur la vieillesse « cette maladie en soi » qui commence plus tôt qu’on ne le croît et dure plus longtemps qu’on ne le souhaite parfois. La terrible envie de vivre hors du temps, quand on veut se libérer non seulement du poids des ans, mais des risques de l’avenir. Quand nous avons dépassé les pollutions du passé. Quand l’enfance est si lointaine qu’elle semble habiter une autre vie.

J’ai rarement entendu parler de la vieillesse avec autant de jubilation et de vérité, je devrais dire de justesse et d’amour. Dire de son partenaire septuagénaire (quand on l’est soi même) «  je ne suis pour lui qu’un doudou, un objet transitionnel » et ajouter « c’est vital d’accord, surtout pour lui ». Et rappeler que si celui-ci n’a jamais su caresser, c’est une question de date de naissance quand « on n’a entendu parler du clitoris que trente ans plus tard » et qu’on déjà pris de mauvaises habitudes ! Je trouve cela bienfaisant.

Ainsi nous verrons vivre à pleine vie Alice octogénaire magnifique, entrée en féminisme « comme on entre en religion ». Marion, sa fille, inventant sa vie de femme et d’épouse à partir d’un amour sublime pour un homme déjà marié et qui le restera. Chacune de ces femmes sachant le nombre important de hasards, de plaisirs et de malheurs qui participent à la rencontre étonnée de deux êtres, à l’apparition et à la survie d’amours multiples, de préférence en réciprocité, pour maintenir vivant dans la durée le goût, les traces de bonheur, dégagées de leur gangue de désespoirs et de doutes qu’on appelle une relation d’amour.

Magnifique livre sur les femmes, sur les changements qui ont traversé le siècle, sur les engagements pris, les détresses, les émotions, les folies et les découvertes éblouissantes qui jalonnent une existence vécue à temps plein, à pleine vie. Une succession de mises au monde, à travers les découvertes, les mutations, les adaptations et l’inventivité nécessaires pour rester vivant à chaque instant. Au-delà d’une réflexion sur la vieillesse, sur les changements du corps, sur le renouvellement du regard, de tous les sens, c’est aussi et surtout un hymne à la vie qui nous est proposé, à travers l’amour et les amours croisés d’une mère et de sa fille, engagées dans la création d’une liberté d’être que leurs enfants auront à découvrir et à inventer à leur tour. Avec des risques et des obstacles peut être plus subtils et plus pervers.

Le livre reste ouvert sur les interrogations d’un monde qui sera toujours à recréer.

Jacques Salomé"

ynoe170

Je le conseille vraiment à toutes les femmes, quel que soit le moment de leur vie! 

maison_bsoiree